loader

Les Jeune Millénnials Marocains sont influencés principalement par leur entourage familial (81% pour la famille et 74% pour les ami(e)s et les collègues, la culture et la religion (58%). Alors que les jeunes hommes sont significativement plus attachés aux célébrités et aux sportifs avec Ronaldo, Messi, comme principaux influenceurs ou modèles, les jeunes femmes semblent tendanciellement plus sous l’influence – voire la pression – de la culture sociale et de la religion.

Ce sont quelques-unes des principales conclusions de l’étude menée par l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication, en partenariat avec le Cabinet Kantar MillwardBrown, sur un échantillon représentatif des différentes classes sociales et des grandes villes Marocaines, parmi les jeunes Millénnials, âgés de 14 à 25 ans.

Selon cette étude, une très grande tendance se manifeste parmi ces jeunes à rechercher l’influence dans des personnalités réelles, proches, jugées crédibles et avec une histoire très claire et plus pertinente.

A l’image des jeunes de leur génération, les activités principales des Millénnials Marocains sont marquées par les activités de «connexion» à travers les réseaux sociaux sur leur mobile, les discussions ou sorties entre ami(e)s, ou d’un autre côté par les activités de divertissement avec l’écoute de la musique, la télévision ou les jeux vidéos.

Les activités sont presque identiques pour les différentes classes sociales parmi les Millénnials. Au global, les jeunes sont à la recherche d’activités peu coûteuses et qui leur permettent de canaliser leur énergie, ou alors s’isoler dans leur propre monde, même quand ils sont en famille.

La segmentation de cette génération, sur la base des résultats de l’étude, a fait ressortir deux profils majeurs :

• Les Bon vivants (qui représentent environ 46% des jeunes interrogés): qui sont des jeunes des Catégories Socioprofessionnelles (CSP) et un niveau culturel relativement moyens. Plutôt émotionnels et influençables, ils cherchent surtout à être acceptés et respectés par leur groupe de référence,

• Les Déterminés (qui représentent environ 38% des jeunes interrogés): ce sont des jeunes de CSP intermédiaires à élevées, avec un bon niveau d’étude et une forte volonté à se distinguer à travers l’originalité dans la personnalité et l’expertise dans le savoir-faire. Leurs activités sont plutôt orientées vers la continuité, l’engagement et l’impact.
Du coté des marques, les jeunes segmentent les différentes catégories selon leur niveau d’implication personnel et sur un critère plus spécifique produit, à savoir un besoin de qualité intrinsèque ou une perception d’unicité et de différence qui les valorise en tant que consommateurs.

Dans ce cadre-là, l’alimentaire ou les boissons sont dans une zone de produits vus somme ‘basiques’ mais où ils recherchent un bon rapport qualité-prix. Les banques et les assurances restent peu engageantes, mais où les jeunes cherchent malgré tout quelque chose d’unique, adapté pour eux.

Selon ces Jeunes, les marques qui répondent le plus à leur besoin sont les grandes marques internationales de leurs catégories privilégiées: téléphonie, fastfoods, boissons et loisirs…

Ce sont les marques qui montrent le moins d’élitisme à l’encontre des jeunes, via une accessibilité à tous les niveaux, mais aussi dans une prise de parole spécifique, qui est davantage en connexion avec les intérêts des jeunes (fun à 41%, relations, technologie avec un accès à l’innovation pour 43%, mode, sport…)mais des marques qui agissent par des actions sociales ou sociétales (40%)et pour les aider dans leur orientation future (41%).

La vision des jeunes sur leur pays est relativement positive, puisque 74% déclarent être fiers d’être Marocains et confiants pour l’avenir de leur pays. Cette confiance est confortée par des valeurs culturelles et traditionnelles (mentionné par 89% des jeunes) qui permettent au pays d’avoir de bonnes bases de développement économique (90%), grâce notamment au tourisme (91%)et aux alliances internationales(84%). Une vision optimiste nourrie par une position relative aux pays proches ou voisins moins dynamiques.

Toutefois, cette vision est aussi nuancée par une perception de développement trop rapide (cité par 81% des jeunes)qui dénote un regard plus critique des jeunes sur une croissance sans doute à «double vitesse» où tous ne profitent peut-être pas de cette même dynamique. Par ailleurs cette évolution trop rapide présente aussi le risque de perte de certaines valeurs humaines et communautaires dont ils sont fiers.

Ceci dit, 9 jeunes sur 10 se disent aussi prêts à changer les choses pour contribuer à leur pays et ce par une action personnelle: 95% parlent de changement de mentalité, 93% veulent participer à des œuvres ou actions sociales et 89% à travers un projet personnel.

Les jeunes restent réalistes et reconnaissent, souvent après débat, que le changement est la responsabilité de chacun, pourvu qu’il y ait de l’espoir véhiculé par un ‘mentor’ ou un modèle qui les inspire.


كشفت دراسة أعدتها الجمعية المغربية للتسويق والاتصال بشراكة مع مكتب دراسة السوق KANTAR MillwardBrown أن الشباب المغاربة ما بين 14 و 25 سنة، متأثرون بشكل رئيسي بمحيطهم العائلي بنسبة 81%، وبأصدقائهم وزملائهم بنسبة 74%، وبالثقافة والدين بنسبة 58%.

ويعتبر الذكور من هذه الفئة العمرية شخصيات كروية ومشاهير الرياضة كنماذج يحتذى بها ، خصوصا رونالدو وميسي، في غياب نماذج نجاح مغربية مؤثرة يمكن اعتبارها قدوة. فيما تعتبر الفتيات أن الثقافة الاجتماعية والدين هما الأكثر تأثيرا على حياتهم.

وأظهرت نتائج الدراسة أن أغلب أنشطة الشباب المغربي تمر من خلال التواصل عبر شبكات التواصل الاجتماعي، والهواتف النقالة، بالإضافة الى بالنقاشات والنزهات مع الأصدقاء، الى جانب الاستماع إلى الموسيقى ومشاهدة التلفزيون أو ألعاب الفيديو. كما اعتبر المستجوبون أنهم يبحثون عن أنشطة غير مكلفة تسمح لهم بتوجيه طاقتهم، أو عيش عالمهم الخاص.

من جهة أخرى، عبر 74 % من الشباب المستجوبين في اطار هذه الدراسة عن افتخارهم بكونهم مغاربة، وواثقون من مستقبل بلدهم، وهي الثقة، حسب الدراسة، التي تعزز بالقيم الثقافية والتقليدية، التي أشار اليها 89% من المستجوبين، فيما أبدى 9 من أصل 10 شبان عن استعدادهم لإحداث تغييرات من أجل الاسهام في تطوير بلادهم، من خلال العمل الشخصي: 95 %، أو عبر تغيير العقليات 93 %، كما عبرت 93% عن استعدادها للقيام بأعمال اجتماعية و اتخاد اجراءات من أجل الاسهام في التغيير الاجتماعي، و 89% قالوا بأنها مستعدون للإسهام في التغيير عبر مشاريع شخصية.

من جانب العلامات التجارية، يفضل الشباب المنتجات التي تظهر أقل نخبوية تجاههم، والتي توفر لهم ما يلبي حاجياتهم: المتعة (41٪)، والتكنولوجيا والابتكار (43٪) والأزياء والرياضة وما إلى ذلك) بالإضافة إلى العلامات التجارية التي تساهم في تقديم خدمات اجتماعية أو مجتمعية (40٪) وتساعد في التوجيه المستقبلي للشباب.

loader





loader

L’étude a pour objectif de révéler les attentes et aspirations des jeunes Marocains de 14 à 25 ans

L’Association Marocaine du Marketing et de la Communication (AMMC) et le Cabinet d’études international Kantar MillwardBrown lancent une étude pour explorer les attentes et aspirations des Millenials Marocains, appelés également les Générations Y et Z.

Cette étude vise à mieux cerner les habitudes média, les usages et attitudes face aux marques et aux catégories de ces jeunes en tant que consommateurs, mais aussi identifier des insights de ces citoyens Marocains d’aujourd’hui et de demain.

L’étude, qui sera conduite par le cabinet Kantar MillwardBrown, prévoit une approche scientifique combinée – qualitative et quantitative – afin de mieux explorer les nouvelles attentes des jeunes de la Génération Y & Z.

L’annonce des résultats de cette étude est prévue avant la fin Septembre.

Télecharger Brochure KANTAR

loader

La première édition de La Semaine Africaine de la Communication « AfricaCommsWeek » aura lieu du 22 au 26 Mai 2017, et ce à l’occasion de la journée internationale de l’Afrique, célébrée le 25 Mai de chaque année.
En partenariat avec l’Association « World Communication Forum », la Semaine Africaine de la Communication vise à réunir des leaders de la communication à travers le monde, afin de procéder à une évaluation méthodique du rôle de leur secteur dans le développement du continent africain.

Au Maroc, l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication « AMMC » a été choisie pour prendre part à cette célébration, notamment grâce à son positionnement de réceptacle des professionnels du métier, mais aussi à son travail pour la promotion de la « Marque Maroc » et du « Made in Africa ».

La Semaine Africaine de la Communication est ouverte à tous les professionnels de la communication d’Afrique ou d’ailleurs avec une expertise et un intérêt pour le continent. « À côté d’autres domaines tels que l’économie, l’agriculture ou la technologie, il est temps que la communication démontre sa pertinence en tant que discipline managériale participant de manière significative à la transformation économique du continent africain. C’est un effort collectif que notre secteur se doit de mener. » affirme Annie Mutamba, co-fondatrice de « AfricaCommsWeek »

La Semaine Africaine de la Communication est menée par une équipe pluridisciplinaire de communicants partageant une vision commune pour la communication stratégique au cœur de la transformation économique de l’Afrique. Ils sont accompagnés par un comité d’experts chevronnés qui ont à cœur de promouvoir une image réaliste du continent, dont :

Wynne Musabayana, Directrice de la Communication de l’Union Africaine
Yana Dubeykosvkaya, Présidente de World Communication Forum Association
Khalid Baddou, Président de l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication
Moky Makura, Représentante de l’Afrique du Sud, Fondation Bill & Melinda Gates
Mimi Kalinda, Directrice Générale, Africa Communications Group
Thierry Hot, CEO, Rebranding Africa Forum
Tidiane Dioh, Fonctionnaire International & Spécialiste Media

Le rapport du « AfricaCommsWeek » sur l’impact de la communication sur le développement de l’Afrique sera publié annuellement grâce à la contribution de chercheurs et de spécialistes de la communication de plus de 40 pays.

Chaque année autour de la Journée de l’Afrique (25 mai), les professionnels de la communication se retrouveront autour d’un thème et une série d’activités et conférences en Afrique et ailleurs. « Il devient urgent de faire l’évaluation critique de notre rôle et de prendre des mesures plus spécifiques pour façonner le narratif sur l’Afrique car celui-ci a un impact indéniable sur son développement » assure Eniola Harrison, co-fondatrice de Africa Communications Week.

« AfricaCommsWeek » se place également sous le signe du développement professionnel, à travers la promotion de cours en ligne et d’outils pratiques pour favoriser un narratif plus conforme aux diverses réalités du continent africain.

Pour plus d’info: http://www.africacommunicationsweek.com/

loader

Des SABRE Awards dédiés au continent seront spécialement remis à cette occasion.
L’Association Panafricaine des Relations Publiques (APRP) organise pour la première fois au Maroc sa conférence annuelle dont la 29e édition aura lieu du 10au 12 mai à Casablanca. C’est la première fois que cet événement prestigieux se déroule au Maroc.
D’ailleurs, la cérémonie de remise des prix « SABRE Awards Africa », souvent considérée comme l’Oscar du secteur des relation publiques, fera partie de la conférence d’APRA cette année. C’est la première version dédiée au continent
africain. En outre, la soirée de gala aura lieu au Sofitel Tour Blanche le 11 mai.
Placée sous le thème “ Competitive Africa : Effective Positioning Through Integrated Communications” , (« L’Afrique Compétitive: Un positionnement efficace grâce à une stratégie de communication intégrée ») la conférence de l’APRA
s’adresse à tous les professionnels des relations publiques, de la publicité, du branding, de l’édition, du journalisme et des nouveaux médias.
Autour de keynotes et de tables-rondes animés par des experts reconnus, cet événement de networking réunira des chefs d’entreprise réputés, des officiels de premier plan, ainsi que des investisseurs de haut niveau.
Avec une participation de plus de 300 invités venus de toute l’Afrique, la conférence de l’APRA permettra d’identifier les défis du continent en mettant l’accent sur son image et le rôle de la communication, de proposer un agenda sur la base duquel les défis énoncés seront abordés et de diriger une action collective en vue de promouvoir l’image de l’Afrique à travers les efforts coordonnés des professionnels de la communication.
En partenariat avec The Holmes Report , la 29e conférence de l’APRA verra en outre la remise des prix « SABRE Awards Africa » aux gagnants de la première version continentale cette compétition. Les prix « Sabre Awards » sont les plus réputés dans le secteur des relations publiques.

loader

Le 19 Avril dernier, se tenait à L’ESCA la deuxième session de l’Inbound Marketing Academy, organisée par L’Association Marocaine de Marketing et de Communication, en collaboration avec l’agence Netaffiliation. La formation fut animée par M. Karim Bouras, General Manager d’une agence partenaire de Netaffiliation basée en France. L’objectif principal de cet atelier était de sensibiliser les entreprises à la nouvelle ère du marketing centrée consommateur connecté avec au programme la méthodologie d’une stratégie inbound marketing. Le public, réactif, a posé des questions pertinentes sur les enjeux et la mise en place de l’inbound marketing. Voici un résumé des réflexions intéressantes abordées au cours de la formation :

Qu’est-ce que l’inbound marketing ?

Apparu en 2006 aux Etats Unis et arrivé en France en 2013, le concept d’inbound Marketing est venu répondre au constat de l’inefficacité grandissante des stratégies marketing dites classiques ou outbound (publicité à outrance, appel à froid, achat de mailing lists). Son objectif est de ne plus d’aller chercher les consommateurs sur Internet, mais de les faire venir vers les marques par la création de contenu. L’essentiel du travail se fait ainsi sur le site web.

Pourquoi l’Inbound Marketing ?

● Premièrement parce que les comportements de consommation ont changé et ce depuis l’arrivée d’internet. Les consommateurs ont maintenant la possibilité d’aller chercher eux-mêmes la solution à leurs problèmes. 80% d’entre eux mènent des investigations sur Internet avant de procéder à un achat

● Deuxièmement parce que les habitudes ont changé. Les clients tolèrent de moins en moins les communications non sollicitées. Et il est maintenant de l’intérêt d’une entreprise de mettre l’individu au centre de sa stratégie et non la marque.

L’anatomie d’une stratégie Inbound Marketing qui marche

Il y a autant de stratégies inbound marketing différentes que d’entreprise. Cependant il est possible d’identifier quatre étapes essentielles que sont :

❖ Attirer du trafic sur le site internet

La première étape de l’inbound marketing consiste pour l’entreprise à attirer sur son site web des visiteurs susceptibles d’être intéressés par ses produits en partageant des contenus qui répondent à leurs problèmes.
Trois stratégies sont privilégiées lors de cette phase dite d’attraction :

● La création du contenu autour d’un blog : c’est la meilleure façon d’attirer de nouveaux visiteurs vers un site web ;

● L’optimisation du référencement sur les moteurs de recherche (SEO) : il s’agit de s’assurer que le site web de l’entreprise est optimisé pour apparaître lors de leurs recherches. Cela passe par la sélection et l’utilisation des mots-clés de longue traîne ;

● La prise de parole sur les réseaux sociaux

Il est important ici d’appréhender les étapes qui composent le parcours du client et qui le mèneront vers sa décision d’achat.

Conseil : le plus important ce n’est pas le nombre d’informations mais plutôt les solutions proposées aux clients. Une marque gagnerait ainsi la confiance des acheteurs en les aidant à se retrouver dans la masse d’informations disponibles sur le web.

❖ Engager une relation avec des prospects

Il s’agit de transformer les visiteurs en prospects. On parle alors de leads. Cette transformation est faite lorsque le visiteur fournit des informations le concernant (nom, prénom, titre de leur poste, adresse email, etc.) soit en s’abonnant à la newsletter ou en téléchargeant un ebook après avoir complété un formulaire. Ces données, très précieuses pour une entreprise, lui permettront d’identifier les clients potentiels.

Conseil : La clé d’une stratégie inbound réussie est d’intégrer une démarche généreuse. Plus l’entreprise est apte à donner les informations qu’attend le client plus elle sera à même d’en recevoir en retour.

❖ Conclure la vente

Une fois le contact établi, il doit être entretenu. Plus concrètement, il s’agit d’accompagner le prospect dans son parcours d’achat. Ce qui peut prendre quelques jours, quelques semaines, voire quelques mois. Lors de cette étape, le challenge est de fournir suffisamment de valeur au bon moment et instaurer une relation de confiance. Plusieurs techniques peuvent être utilisées comme l’emailing, l’appel téléphonique ou encore l’automatisation marketing. C’est durant cette étape que le service marketing et le service commercial seront amenés à collaborer.

Conseil : Le prospect a certes besoin d’un peu de temps avant de s’engager mais il est réceptif quand l’entreprises le suit. Il faut donc entrer en contact avec lui (en mode consultation et pas en mode vente) dans un laps de temps ne dépassant pas les deux heures après qu’il ait effectué une action sur le site.

❖ Fidéliser le client acquis

Une fois le client acquis, il faut le traduire en ambassadeur de la marque en entretenant de bonnes relations avec lui. En effet, entretenir la relation avec ses clients afin qu’ils soient fidèles et qu’ils deviennent des promoteurs de votre marque est un peu le schéma idéal. L’emailing peut aussi servir dans une optique de fidélisation tout comme les réseaux sociaux.

Les avantages de l’Inbound Marketing

L’un des avantages fondamentaux de l’Inbound Marketing selon M. Bouras réside dans le fait qu’il valorise le marketing dès lors qu’il permet d’aligner les actions de l’équipe commerciale et marketing grâce aux informations récoltées.
Particulièrement bien adapté aux entreprises B2B ou pour les ventes complexes, il leur permet de baisser les coûts d’acquisition et de réduire les cycles de vente.

loader

– Le marché d’achat d’espace publicitaire estimé à 3.4 milliards dhs net
– Les médias classiques appelés à prendre leur part dans l’évolution technologique et à adopter une stratégie de diversification

Dans un marché publicitaire mondial en pleine mutation, bouleversé par les changements dans les habitudes d’usage des médias, l’investissement total du marché d’achat d’espace publicitaire marocain est estimé en net à 3.4 milliards de dirhams, sur la base de croisement de plusieurs sources disponibles sur le marché en 2016. Le Maroc est ainsi un des marchés les plus dynamiques en Afrique du Nord. Cet investissement est dominé par la télévision et l’affichage à 30% chacun, la radio draine 25% et la presse moins de 15%.

Face à cette pléthore publicitaire et à l’encombrement des médias classiques, le consommateur devient de moins en moins sensible au message publicitaire dans ses formats classiques. Par conséquent, une bonne partie des messages publicitaires ne créent plus l’émotion recherchée par la marque, chose qui pousse les publicitaires à reconsidérer leurs stratégies de construction des marques « Brand Building ».

Ce constat a été soulevé lors de la conférence organisée par l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication, Sous le thème : le marché publicitaire au Maroc, entre contraintes et transformations. Un débat qui a réuni de grands acteurs du marché du Marketing et de la publicité et qui a été animé par M. Hicham Mekouar, Directeur développement et stratégie du groupe Matin Soir; M. Abdellah Bniaiche, Vice-président responsable de la stratégie, du marketing et de la chaîne d’approvisionnement de McDonald’s Morocco; M. Marouane Harmach, Directeur associé du cabinet Consultor.ma et Mme Boutaina Tazi, directrice générale de Mindshare Maroc.

Depuis cinq ans, le digital connaît un taux de croissance à deux chiffres. En l’absence d’outils fiables de mesure, les publicitaires estiment que le total des investissements en achat d’espaces dans le digital varient entre 200 et 300 millions de Dirhams. Le Maroc est dans la même configuration mondiale qui veut que Facebook et Google drainent 60 à 68% de cet investissement.

Selon les intervenants à cette conférence, en l’absence de plateformes digitales Maroco-Marocaines qui pourraient attirer les mêmes flux d’audiences que les GAFAM (Google, Appel, Facebook, Amazone et Microsoft), ce ratio continuerait à se stabiliser, voire évoluer.

Force est de constater que l’évolution du digital est alimentée par des tendances durables d’ordre technologique (le mobile réuni à lui seul tous les médias), géographique (la possibilité de travailler avec des acteurs internationaux), opérationnels (la capacité pour l’annonceur de monter sa campagne de bout en bout, sans l’intervention d’autres acteurs et la poster sur une plateforme internationale).

Une évolution d’autant plus favorisée par la possibilité de traitement et d’exploitation des données que n’offrent pas la presse écrite et difficilement les autres médias, et qui permettent de toutes nouvelles libertés pour les annonceurs, y compris la possibilité de créer des dispositifs immersifs et non-agressifs pour l’utilisateur.

Certaines marques l’ont déjà compris et sont de plus en plus convaincues de la nécessité d’établir un dialogue beaucoup plus horizontal entre elles et le consommateur. Un besoin que seul le digital peut satisfaire.

Tous ces éléments font que les opérateurs de cet écosystème : média, annonceurs, régies, et agences sont appelés à transformer et à réinventer leurs stratégies et leurs pratiques.

La publicité qui, à ses débuts était informative, est ainsi devenue incitative et engageante, selon Boutaina Tazi de l’Agence Mindshare. Seulement le revers de cette interactivité est qu’elle contribue à donner davantage de pouvoir au consommateur. « Le constat est qu’aujourd’hui les annonceurs n’ont plus le monopole de la parole sur leurs marques » note Marouane Harmach, face à un consommateur qui, muni de son Smartphone et de tous les outils digitaux mis à sa disposition, a la possibilité d’interagir et attend des réponses presque immédiates à ses sollicitations.

Le digital ne doit pas de ce fait être appréhendé comme une finalité, mais plutôt comme une pensée agile qui vise à privilégier l’émotion qui est et sera toujours l’un des fondamentaux de la publicité et du « brand content ». Il servira avant tout de moyen de créer des formats plus adaptés que les formats télévisuels. Ajouté à cela le multicanal, les histoires peuvent être ainsi plus denses, plus riches.

Cela veut-il dire que les médias classiques vont disparaître ? Pas du tout. Ils devront cependant changer de position, prendre leur part de l’évolution technologique et adapter, comme toute entreprise d’ailleurs, une stratégie de diversification, insiste Hicham Mekouar du Groupe Maroc Soir.

Les effets de la digitalisation sur les organisations sont multiples et la manière de l’aborder se focalise sur une composante clé du changement : la formation des collaborateurs au digital avec des enjeux d’agilité pour lesquels ils ne sont pas suffisamment préparés. Il faudrait également que les annonceurs, en leur qualité de donneurs d’ordres, fassent challenger l’écosystème et que les vrais professionnels fassent leur apparition, selon Abdellah Bniaiche de Mc Donalds Morocco.

loader

Au cours des dix dernières années, sont survenus des changements dans les comportements d’achat. Les méthodes de communication classiques, intrusives et agressives, dites OUTBOUND perdent de plus en plus l’attention de la cible, en faveur des méthodes de l’INBOUND Marketing. Un marketing plus humain, basé sur la permission et non l’interruption. Bref un Marketing que les gens aime!

En 2016, 85% des consommateurs déclaraient utiliser régulièrement internet pour chercher des informations sur des produits et services avant de procéder à un achat.

Dans un tel contexte il est judicieux pour toutes les marques d’intégrer la philosophie Inbound Marketing afin d’être des marques qui aident plutôt que des marques qui vendent!

L’Association Marocaine de Marketing et de Communication et Netaffiliation lancent l’Inbound Academy afin de sensibiliser les entreprises à cette nouvelle ère.

Prochaine session de formation le Mercredi 19 Avril à 18h30!

Elle sera animee par Karim Bouras, GENERAL MANAGER D’UNE AGENCE PARTENAIRE. Il aide les dirigeants dans l’industrie à développer leur business grâce à l’Inbound Marketing

Lors de cette session, vous aller découvrir:
La phase ATTRACT de la méthodologie Inbound
La phase CONVERT de la méthodologie Inbound
Cas client: Tunnel de conversion, KPI, ROI

loader

emlyon business school campus Casablanca et l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication (AMMC) viennent de mettre en place un partenariat de collaboration. Cette convention a été signée le 20 Mars par M. Bernard Belletante, Directeur Général d’emlyon business school, Tawhid Chtioui, Dean d’emlyon business school Africa, et Khalid Baddou, Président de l’AMMC.

L’objectif de cette convention est de permettre aux parties de rapprocher leurs compétences et de mettre en synergie leurs expertises réciproques pour promouvoir l’accès à l’éducation et à l’emploi et comprendre les enjeux de la transformation des métiers du Marketing et de la Communication au Maroc et en Afrique.

A travers cette démarche, emlyon business school et l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication visent à renforcer les liens entre les mondes académique et professionnel à travers l’organisation d’évènements communs, la réflexion conjointe sur le contenu des enseignements du Mastère Spécialisé Marketing et Management des Services d’emlyon business school qui ouvrira en octobre 2017 sur son campus Casablanca, ainsi que le co-développement de modules innovants portant les pratiques marketing et communication de demain.

Les deux parties s’associent également pour développer des initiatives au Maroc et en Afrique, visant la promotion des métiers du Marketing et de la Communication, à travers un réseau d’institutions et de partenaires, notamment la Confédération Africaine du Marketing, où l’Association Marocaine occupe le siège réservé à l’Afrique du Nord.

« Cet accord concrétise notre volonté d’œuvrer au Maroc et en Afrique dans une perspective collégiale de co-conception de notre offre éducative et de connecter nos étudiants et nos professeurs avec les institutions professionnelles d’Europe, d’Asie et d’Afrique. » déclare Dr. Tawhid CHTIOUI, Dean d’emlyon business school Africa.

« Nous sommes heureux d’élargir notre réseau de partenaires académiques à travers cette convention avec une institution de renommée internationale. Notre objectif est d’apporter une valeur ajoutée conséquente aux pratiques du Marketing et de la Communication au Maroc et en Afrique » souligne Khalid BADDOU, Président de l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication .

loader

Accompagnement

L’AMMC déploie un programme d’accompagnement spécifiquement dédié aux jeunes entrepreneurs et à l’écoute des particularités de chacun afin de créer des organisations à la fois utiles, innovantes et pérennes.

Formations

Soucieux de construire de grands marketeurs et de grands leaders d’entreprises, l’AMMC propose des formations, conférences et séminaires dans différents sujets. Découvrez nos programmes !

Guides

L’AMMC vous offre la possibilité  de télécharger des guides et conseils utiles qui vous aideront dans différents domaines,  nous proposons des guides d’achats, guides de paiements en ligne, guides des entrepreneurs…

Contact

Rue Abou Taour, Casablanca, Maroc

+212 5229-92667

contact@ammc.co

Newsletter